#imagine2023
Retour aux contributions

Résultat 21 – PROGRÈS | Automne 2020

Mar 24

PROGRÈS | Automne 2020

Nous appuyons les appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation et y aurons répondu en créant un groupe de travail qui déterminera les actions prioritaires, en commençant par une formation sur la sécurité culturelle et des possibilités d’apprendre la langue anishnaabemowin au corps professoral, au personnel et à la population étudiante.

Promotion : Vice-rectrice associée aux études et aux programmes autochtones par intérim

Responsable : Groupe de travail sur la vérité et la réconciliation

L’œuvre relative à ce résultat a été établie par un Groupe commun de travail sur la vérité et la réconciliation (GTVR) ainsi que le Conseil pour la formation des Autochtones à l’Université Laurentienne (CULFA).

Points saillants

  • Le rapport final du GTVR a été présenté le 30 septembre 2020 dans le cadre de la Journée du chandail orange. Les dix recommandations du rapport sont harmonisées avec le Plan stratégique du CULFA.
  • Les concepts clés établis tout au long du processus de consultation pour le rapport du GTVR comprenaient le centrage des voix et des perspectives autochtones, la construction de ponts et la prise en compte des incongruences institutionnelles.
  • En résumé, les recommandations se sont concentrées sur la reconnaissance de la terre d’une manière plus significative, sur la mise en avant de la langue Anishnaabemowin, sur l’augmentation de l’apprentissage basé sur la terre, sur la création d’espace pour l’institut de recherche Maamwizing, sur le partage des savoirs et l’éducation, et sur le lien entre les objectifs du GTVR et les pratiques d’embauche.

Prochaines étapes

  • Effectuer le travail requis pour mettre en œuvre les dix recommandations indiquées dans le rapport final.
Résultats
21

Les relations sont notre priorité

Nous appuyons les appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation et y aurons répondu en créant un groupe de travail qui déterminera les actions prioritaires, en commençant par une formation sur la sécurité culturelle et des possibilités d’apprendre la langue anishnaabemowin au corps professoral, au personnel et à la population étudiante.

Voir les contributions pour ce résultat
Impact local
Retour aux contributions